Histoire[

La ville sainte de Touba fut fondée en 1888 par le cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul. Avec ses disciples, il fit construire cette ville. Elle est l’une des plus grandes villes du Sénégal, de par sa démographie, son activité économique surtout tertiaire.

Ce vocable Touba apparaît une fois dans le CORAN, au verset 29 de la sourate 13 (Le Tonnerre) où le TOUT PUISSANT dit: « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, atteindront la Félicité (Touba) et un excellent Lieu de retour. » On retrouve aussi ce mot très souvent dans la tradition Prophétique dont un hadith célèbre rapporté par Ibn Habân dit: « Touba est un des arbres du Paradis. L’étendue de son ombre équivaut à une marche de cent ans et les vêtements des habitants du Paradis sortiront de ses fleurs. »

 

Administration[

Bien qu’elle soit largement urbanisée, administrativement, la ville se situe sur le territoire de la Communauté rurale de Touba Mosquée, subdivision de l’arrondissement de Ndame, département de Mbacké dans la Région de Diourbel. En zone urbaine, la ville est constituée de 25 villages : Alia, Boustanoul, Arifina, Darou Alimoul Khabir, Darou Khadim, Darou Khoudoss, Darou Marnane, Darou Marnane 2, Darou Miname, Darou Salam Ndame, Dianatoul Mahwa, Gouye Mbind, Guédé Bousso, Keur Niang, Khaïra, Ndindy Abdou, Same Lah, Touba Al Azhar, Touba Guédé, Touba Madyana, Touba Mosquée, Boukhatoul Moubarak, Ndamatou 1, Touba HLM, Touba Ndiarême, Route de Darou Mousty4.

La ville a cependant un statut particulier puisque comme d’autres villes saintes du Sénégal, elle dispose d’une police particulière et d’un règlement basé sur la charia selon l’école juridique malékite.

Touba est à ce jour la seule ville au monde, où personne ne fume, ni ne consomme d’alcool sous peine de se voir emmener à la police, il est également interdit tout habillement ou comportement non conforme à la charia

 

Population[

Touba enregistre entre les recensements de 2002 et de 2013 la plus forte croissance démographique des 25 plus grandes agglomérations du Sénégal avec une moyenne annuelle de 5,95 %, bien que son taux annuel de croissance démographique diminue, passant de 10,97 % entre 1976 et 1988 à 9,67 % entre 1988 et 20021. Cette croissance est due aux arrivées massives de villageois des provinces historiques du Baol et du Cayor ; ces villages se vident progressivement au profit de Touba.

Lors du recensement de 2002, la population s’élevait à 461 159 habitants pour une surface de 12 000 ha5.

En 2013, selon le recensement du pays, la ville de Touba compte 753 315 habitants, tandis que son agglomération en compte 830 5701.

Touba est la deuxième plus grande agglomération du Sénégal derrière Dakar.

 

Économie[

De nombreux fidèles de cette communauté se déplacent une partie de l’année dans les villes du monde pour faire fortune dans le secteur du commerce, travail dont ils reversent une partie aux œuvres sociales de Touba.

Plusieurs projets économiques du pays sont désormais tournés vers la ville sainte. En témoigne l’autoroute à péage Thiès – Touba, qui sera ainsi la plus longue du Sénégal.

Le Grand Magal de Touba génère de nombreux ressources économiques principalement pour les marchands, pour les transporteurs, pour les éleveurs, etc.

Culture

Touba abrite la plus grande bibliothèque musulmane au Sénégal où sont rassemblés des livres du Coran, des livres de nombreux érudits musulmans et des écrits du fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba. Les cimetières de Touba sont situés à l’est de la mosquée. Tous les mourides sont appelés à y être enterrés. Chaque année le magal de Touba est célébré dans la ville Sainte, correspondant au 18 Safar du calendrier musulman et commémorant le départ forcé du Cheikh au Gabon amené par les colons français. Le Grand Magal de Touba regroupe des milliers de pèlerins constitués en grande partie des disciples du Cheikh.

<